Épave

L’ épave du Saumur, près de Port Vendres

Depuis que l’Alice ROBERT, dit le bananier a été interdit, les plongeurs de Port-Vendres se concentrent sur deux épaves : l’une d’elle est le SAUMUR. Je vous guide pour une série de 2 ou 3 plongées dessus dans le but de la découvrir ou la redécouvrir. En configuration classique, les plongées sont courtes et donc, pour optimiser la plongée, je vous propose mon expérience et des conseils pratiques.
Je précise néanmoins que la visibilité sur cette épave est souvent médiocre. Seule une quinzaine de jours par an, l’épave se révèle aux plongeurs chanceux.

L’épave du Saumur

Profondeur : Ponts 33 m – fond 47 m

L’épave que je vais vous présenter aujourd’hui est l’une des épaves emblématique de la côte catalane. Ce cargo de 99 mètres de long et 13,5 mètres de large, a été torpillé juste devant le port de Port-Vendres par un sous-marin Britannique pendant la 2ème guerre mondiale.

Pour le plus grand plaisir des plongeurs, il repose droit sur sa quille sur un fond de 45 mètres. Malgré les impacts des deux torpilles à la poupe et à l’avant du château, le cargo a coulé en un seul morceau. Seule la tourelle avant a résisté au temps, et vous savez quoi ? Elle pivote encore sur elle-même comme si elle était toujours opérationnelle.

Cette épave est accessible uniquement par bateau, plusieurs clubs professionnels s’y rendent régulièrement. Personnellement j’ai une préférence pour un centre qui a fait de la plongée sur épaves sa spécialité : TECH OF PLONGEE

A voir absolument sur l’épave

Sur cette épave qui est considérée comme une plongée profonde avec décompression, je vous propose 3 plongées (vert, bleu et rouge) pour en faire le tour. Grâce à ces itinéraires vous pourrez découvrir ou redécouvrir cette jolie épave.

Pour toutes les immersions, vous arriverez sur le dessus du château, juste au dessus de la cuisine. Là, 3 choix s’offrent à vous, je pense qu’il vaut mieux commencer par le vert, continuer par le bleu et finir par le rouge (comme les pistes de ski). Les itinéraires sont prévus pour une plongée configuration loisir (bouteille 15l), soit environ 15-20 min de fond avec des paliers d’une durée de 5 à 15 min.

Selon votre configuration (avec Nitrox ou CCR) vous pourrez bien entendu adapter et faire 2 ou 3 itinéraires. Personnellement à chaque plongée, je fais l’ensemble des parcours.

Dessin gentiment prêté par Laurent Urios, il est la représentation exacte de ce que vous verrez au fond.

Parcours VERT

Pour cette première plongée sur cette épave du Saumur, je vous propose de visiter la cuisine, la salle de bain avec la fameuse baignoire et son carrelage d’époque, de faire une tour sur l’hélice de secours et de finir par les magnifiques colonies de gorgones pourpres.

Suivez le guide ! Dès votre arrivée sur l’épave, vous vous trouvez en haut du château sur la cuisine. Là, juste en dessous de vos palmes, vous pourrez apercevoir les fourneaux et un vaisselier. Si vous vous le sentez, vous pouvez même les traverser. Je vous propose d’entrée par Bâbord (gauche) et ressortir coté Tribord (droite). Il y a aucun risque.

A la sortie de la cuisine, prenez à droite (vers l’arrière du bateau, vous passerez devant la salle de bain du capitaine avec la baignoire et le carrelage à damiers de l’époque. (S’il vous plait, respectez ce lieu et ne touchez pas aux éléments, si l’idée de prendre un bain vous vient, attendez le soir !!!)

Petite info, vous avez également une salle de bain en dessous avec un évier (à eau froide) et un radiateur. Cette seconde salle de bain demande à faire une petite pénétration. A voir si vous avez le temps en fin de plongée.

Continuez votre route en longeant le bord du bateau main gauche, vers l’arrière, vous allez apercevoir la cale arrière, vous pouvez la longer tranquillement, l’idée est d’en faire le tour pour trouver l’hélice de secours.

Continuez à contourner cette cale pour retourner sur le château et retrouver vers l’entrée de la cuisine.

Là, vous êtes en lieu sûr, le bout est juste au-dessus. Contrôlez votre manomètre et je vous amène voir une belle colonie de gorgones pourpres.

Juste en face l’entrée de la cuisine, sur le bord du bateau vous avez 2 renifleurs (ci joint la photo). Prenez celui qui est le plus vers l’arrière. Et descendez à l’aplomb du bateau. Jusqu’à atteindre le fond.

Là, déplacez vous de quelques mètres vers l’arrière et vous verrez apparaitre cette belle colonie que je protège et chérit. Il y a une vingtaine de pieds plus ou moins grands.

Observez les, puis remontez la coque et retrouvez la cuisine pour remonter le long du bout, votre plongée est terminée. Bonne décompression.

Parcours BLEU

Pour cette deuxième plongée sur l’épave du Saumur, je vous propose de visiter la cale avant, la mitrailleuse de 90mm, qui tourne encore, tout l’avant du bateau avec les ancres toujours à leur place et l’ancre de secours toujours à son poste prête à l’emploi.

Suivez le guide ! Dès votre arrivée sur l’épave, dirigez vous vers le coin avant bâbord pour trouver un bout. Ce bout vous sert de ligne de vie quand la visibilité n’est pas bonne (souvent…).

Ce bout vous permet de survoler le champ de débris de la cale avant causé par la torpille du HMS Upstart.
Vous arriverez au niveau du mat en forme de trident, très souvent colonisé par de nombreux bancs de poissons. Prenez le coté bâbord et contournez la cale avant. Vous arriverez devant une salle. Levez la tête : vous allez apercevoir la fameuse mitrailleuse qui la particularité de tourner sur son axe. Nombreux sont les plongeurs qui s’amusent à la faire pivoter.

Faites le tour et juste sous vos palmes se trouvent les puits de chaine. Prenez le temps de regarder à l’intérieur très souvent (quasiment toujours) vous trouverez de très gros congres. Il est également possible que vous aperceviez uniquement la queue, ce qui veut dire que la tête est à l’autre bout. Passez par dessus bord pour descendre le long de la coque pour aller voir les ancres.

La, à la proue du Saumur, vous trouverez la profondeur la plus importante de la plongée, presque 48m. remontez légèrement pour trouver l’ancre tribord et suivez le bord de la coque pour retrouver le mat en forme de trident.

Puis le bout, puis la cuisine pour remonter.

Votre plongée est terminée, bonne décompression.

Parcours ROUGE

Sur cette dernière plongée sur l’épave du Saumur, Je vous propose d’aller voir l’arrière du bateau avec l’hélice et le safran ou gouvernail pour les non-puristes.
Cette plongée reste cependant la moins intéressante des trois.

Suivez le guide ! Dès votre arrivée sur l’épave, dirigez vous vers le coté tribord et suivez la coque main gauche. Observez le pont, juste après la cale arrière vous verrez que le bateau est vrillé et repose presque sur le sol. Attention à cet endroit il y a un filet (là depuis longtemps). Vous êtes au bout du bateau.

Faite le tour tout en gardant l’épave en vue vous trouverez l’hélice avec deux pales visibles et une troisième enfouie. Le safran est juste à coté. L’arrière du bateau stocke de nombreux sédiments et débris en tout genre (engins de pêche, plastique…). La visibilité y est toujours très difficile.

Continuez votre tour. Vous apercevrez une cassure que vous pourrez suivre pour retrouver la pont, la cale. Vous n’avez plus qu’à suivre le coté bâbord pour vous repérer et terminer votre plongée autour du château pour ensuite finir votre plongée.

En général, les plongeurs d’épave viennent visiter un navire, revivre une moment ou juste rendre hommage à ce bateau d’un autre temps, appartenant au patrimoine maritime. Moi je vais vous parler de ce bateau comme un récif artificiel.

Dessus, vous pourrez observer de nombreuses espèces, les épaves sont de vraies sanctuaires de la biodiversité qui accueillent une multitude d’espèces par exemple: des langouste sur le ponts, des nudibranches (partout), des congres dans les puits de chaines, des galathées dans la cuisine, en mai-juin les poissons lunes qui descendent profiter d’un petit nettoyage, des sars tambours, sars communs, dentis sans oublier les magnifiques gorgones… Petit ou gros, si vous aimez la bio vous ne serez pas déçus, croyez moi ! Suivez mes photo sur les réseaux sociaux pour identifier toutes cette biodiversité.

Un peu d’histoire

Le Saumur a eu une vie relativement calme, d’abord comme charbonnier pour le ravitaillement de la Compagnie des Chemins de fer Paris – Orléans, puis sur les lignes coloniales gérées par Delmas – Vieljeux.

Réquisitionné par l’Etat français en 1939 pour participer à l’effort de guerre, il fut mis à la disposition de la Société Maritime Nationale et armé d’un canon. il participa ainsi à la campagne de Norvège. Par la suite, il effectua cinq autres voyages depuis l’Afrique pour le ravitaillement de la zone libre, au départ d’Alger, Oran, Casablanca ou Dakar. Puis le Saumur a été immobilisé à Marseille et à Port-de-Bouc de juillet 1941 à décembre 1942.

Le 21 décembre 1942, à la suite de l’accord entre le ministre du régime de Vichy Pierre Laval et le Commissaire du Reich Karl Kaufmann sur la mise à disposition d’une partie de la flotte marchande française aux forces allemandes, le Saumur faisait partie des navires réquisitionnés par les Allemands. Transféré aux Italiens, il fut renommé Tolentino.

Le Tolentino effectua plusieurs missions sous le pavillon italien, avant de prendre le pavillon allemand en fin d’année 1943 pour le compte de Mittelmeer Reederei, de Hambourg, retrouvant par la même occasion son nom d’origine : Saumur. A cette occasion, il fut armé de 4 canons de 90 mm.

Le 21 mai 1944, alors que le Saumur naviguait au large des côtes des Pyrénées Orientales, transportant une cargaison de minerai de fer, il croisa par malheur la route du sous-marin anglais HMS Upstart. Vers 18h ce 21 mai, le cargo prit 2 torpilles à l’arrière et en son milieu qui l’envoyèrent illico par le fond, devant Port-Vendres.

Pour plus les passionnés et férues d’information,
je vous conseille deux ouvrages:
Fortunes de mer et épaves dans le Parc naturel marin du golfe du Lion
Le Roussillon Sous Marin

3 réflexions au sujet de « L’ épave du Saumur, près de Port Vendres »

  1. Bravo Olivier, beau travail, très bien expliqué, c’est génial de plonger dans l’histoire, oui ça donne envie ! Même pour ceux qui connaissent cette épave, il y a toujours quelque chose à redécouvrir.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *