Spot de plongée

Le sec d’Hubert à Port Vendres

Vous connaissez l’épave du Pythéas par cœur ? Vous en avez assez de ce site peu profond ? Cette plongée est pour vous.
Un île de roche au milieu du sable, un vrai oasis pour toutes les espèces environnantes.

Le site

Je ne suis pas sûr que le nom de ce site soit exact mais, à ma connaissance, il n’avait pas de nom. Je l’ai donc appelé du nom de la personne qui me l’a indiqué et qui plonge dessus très régulièrement. Si vous plongez souvent à la jetée, vous l’avez surement croisé, un sexagénaire qui a la langue bien pendue quand c’est pour faire partager sa passion et son amour de la mer.

Toujours curieux de découvrir de nouveaux sites, il y a quelques années, il a étudié les cartes bathymétriques de la construction de la canalisation des égouts de Port Vendres. Une partie de haut fond sur une zone de 20 m a retenu son attention. Voici la présentation de ce site qui vous permettra de redécouvrir la plongée au départ de la jetée.

Profondeur maximum: 22 m
Profondeur moyenne: 14 m

L’itinéraire du début de la plongée est le même que celui du Pythéas.

Pour s’y rendre, c’est très facile : rentrez sur votre GPS “la route de la jetée“, allez jusqu’au bout de la route, de nombreuses places sont disponibles pour se garer (souvent prises l’été). Continuez à pied, dépassez de 35 mètres la barrière des pompiers. Sur la droite, un chemin bétonné vous amène jusqu’à la mise à l’eau. Dès votre immersion, une grosse canalisation est présente, suivez-la jusqu’à environ 6m de profondeur, continuez dans le même axe pour arriver à un fond de 12-13 m. Puis, prenez la direction SUD-EST en restant à cette profondeur, vous allez assurément tomber sur la poupe de l’épave (environ 150m de nage ou 15min).

https://plongeeavecolivier.fr/lepave-de-pytheas-pres-de-port-vendres-accessible-du-bord/

La plongée (avec Olivier)

La plongée commence lorsque vous êtes à la poupe du Pythéas. A cet endroit, prenez plein nord pour trouver du sable. Là, entre la roche et le sable, vous prendrez à droite pour découvrir une cuve circulaire, environs 2,5 m de long et 80 cm de diamètre. Observez bien, elle est concretionnée et il est difficile de la déceler des cailloux. Seule, sa forme circulaire nous la révèle.

Peu de gens la connaissance et aucun livre n’en parle… Je pense qu’elle appartient également au Pythéas mais de quoi s’agit-il??? Le mystère reste entier.

A cet endroit, je vous conseille de garder votre compas en main. Vous allez partir plein NORD et traverser 50 m de sable où il n’y a que du sable. Je vous conseille fortement d’avoir un compas pour garder le cap.

Vous allez tomber sur un sec ( une formation rocheuse isolée, montant du fond mais s’arrêtant à plusieurs mètres avant la surface). Là, je vous conseille de faire le tour et d’admirer ce spot peu connu et peu plongé car esseulé. La base du sec est à 22 m et il remonte jusqu’à 15-16 mètres. Un splendide oasis où plusieurs espèces se regroupent (nudibranches, poissons, poulpes, murènes). Fixés sur la roche, vous pourrez observer de belles gorgones oranges et des alcyons aux dimensions impressionnantes.

Faire le tour vous prendra une quinzaine de minutes. Une fois revenu à votre point de départ je vous conseille de revenir sur vos pas, plein SUD, traversez la bande de sable muni de votre compas. Vous reviendrez certainement non loin de la cuve. Juste au-dessus, vous retrouverez notre chère épave.

Pour le retour, le chemin vous le connaissez, c’est le même que sur mon article concernant L’épave du Pythéas.

A voir absolument

Sur cette plongée, qui reste une de mes préférées autour de Port Vendres, je vous conseille de voir absolument 3 choses : la cuve, le sec et un reste du Pythéas inédit découvert par moi-même après la tempête Gloria (Fin Janvier 2020).

La cuve : Cette cuve appartient sûrement au Pythéas au vu de la concrétion qu’il y a dessus. Mais nul de sait à quoi elle pouvait servir et si elle vient vraiment de ce bateau. Ce qui est sûr, c’est qu’elle ressemble fortement à un cumulus de grande taille, très grande taille : 2,5 m de long avec un diamètre de 80 cm. (1200 litres c’est une grosse famille).
Cet endroit est intéressant pour deux choses. Premièrement, car il est le point de départ de la traversée dans le sable. La seconde, pour la vie qu’il accueille. Vers le haut, il y a un trou où l’on trouve toujours des choses intéressantes. A l’intérieur, il y a très souvent des crevettes jaunes cavernicoles. Parfois, un congre ou un poulpe y habite.

Le sec d’Hubert :
Cette formation rocheuse isolée, le sec, est le but de votre plongée. Ce zone est attrayante pour plusieurs raisons.
La première est qu’elle est très peu plongée car assez éloignée et accessible qu’à de bons nageurs. Généralement, quand on va sur la plongée du Pythéas, c’est avec de jeunes niveaux pour leur faire découvrir une épave peu profonde. Les guides ne s’aventurent pas si loin.

La deuxième c’est que cet îlot est comme un oasis pour la biodiversité. On y trouve en grande quantité plusieurs espèces de nudibranches, beaucoup de cnidaires, des murènes et des gorgones particulière grandes, sûrement car peu fréquenté par les plongeurs débutants.
La troisième, et la dernière, c’est qu’il est impossible de se perdre, il suffit de faire le tour et de revenir à son lieu arrivée.

Un morceau du Pythéas ??
Lors que vous ferez le tour du sec, à mi-chemin, vous allez trouver une structure métallique comme une roue de charrette. Cette structure est apparue suite à la tempête Gloria qui a frappé nos côtes fin janvier 2020. Un telle structure n’a pu être jetée là par hasard. Je reste persuadé qu’elle fait partie d’une pièce liée à l’histoire du Pythéas. J’ai amené notre spécialiste des épaves locales Laurent URIOS, auteur de nombreux livres sur les épaves du golfe du Lion et spécialiste de l’épave de L’Alice ROBERT dit “le bananier”. Pour lui, c’est un treuil avant qui servait à remonter des ancres du bateau. Il est possible que cet engrenage, cette roue, l’ait fait rouler si bas. Le mystère reste entier.

Vous irez jeter un coup d’œil et me direz votre avis en commentaire. Je serai heureux d’entendre vos propositions.

Bref une bonne alternative pour beaucoup de plongeurs qui connaissent l’épave du Pythéas par cœur. N’oubliez pas de commenter mon article pour que j’ai votre retour sur cette plongée.

5 réflexions au sujet de « Le sec d’Hubert à Port Vendres »

  1. Bonjour Olivier, pourquoi ne parles tu pas des grottes qui sont juste après le Pythéas en suivant la côte sur la droite ? Sont-ce parce que tu les trouves inintéressantes ou parce que tu ne les connais pas ?

    1. Bonjour Brigitte.
      Jy suis allé quelques fois. Mais je ne les connais pas assez bien bien pour faire un article dessus et conseiller une plongée.
      J’essaie de faire un article = une plongée. Il reste difficile pour des plongeurs lambda de faite l’épave et le sec en même temps. Ce sera le même cas pour ces failles dont tu parles.
      Sûrement une prochaine aventure en sortant du confinement. 😉

  2. Bonjour, essai ce jour de trouver le sec sans résultat. Cuve trouvée. Trois cordages traversés sur mon parcours , je pense que j aurai du les suivre. Je retente dimanche prochain , je pense que j étais un peu trop à l est. Néanmoins vos fiches sont très sympa et j ai plaisir à vous lire. Sportivement. Manu66

  3. Bonjour Olivier, j’ai utilisé tes indications très précises pour faire cette plongée du 8 octobre 2020. Je me suis régalé de voir que tout était comme tu le décris.
    Je la refais demain avec un ami tellement c’était bien.
    La prochaine fois j’irais visiter les grottes si je les trouve.
    Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *